Conakry/Kaporo-marché: une fillette vendue à 554mille francs guinéens a une femme vendeuse de pagnes

108

Faits divers, une fillette échangée contre des marchandises au marché de Kaporo dans la commune de Ratoma. Ramatoulaye Camara c’est le nom de la victime qui été placée en gage contre nature par une inconnue en se faisant passée de sa propre mère. La scène s’est déroulée ce jeudi dans l’après-midi à Conakry.

C’est un évènement qui sort de l’ordinaire, qui s’est déroulé ce jeudi au marché de Kaporo, où une femme est venue déposée une fillette dans une boutique en échange contre objet. Aicha Sylla vendeuse de pagne nous raconte le mode opérandice utilisé par la fausse mère de Ramatoulaye Camara.
‘’Elle est venue dire qu’elle veut des habits. Elle m’a dit de découper des pagnes. Ensuite elle a dit à la petite de s’assoir que c’est sa fille. On n’est resté jusqu’à l’arrivée de ma sœur pour faire le calcul. Après elle m’a dit de lui remettre des habits pour aller voir sa grande sœur et que sa fille va l’attendre jusqu’à son retour. Qu’elle va revenir après pour me remettre l’argent. C’est comme ça on est resté jusqu’à la nuit, elle n’est plus revenu’’, Aicha Sylla vendeuse de pagne.
Toute une technique déployée par la dame inconnue pour arriver à ses fins. La petite amadouée et l’emporté jusqu’à Kaporo-marché. La tutrice de Ramatoulaye Camara relate comment elle a appris la perte de sa fille.
‘’ Je l’ai perdu de vue depuis hier. Elle était assise avec ses amies soudain cette femme est venu. Elle a dit qu’elle aime mon enfant et elle lui a appelé en la disant de l’accompagner pour quelle l’achète des jouets. J’ai été averti par l’un de ses amis. Je suis sortie maintenant à sa recherche’’, M’mamy Camara tutrice de la fillette.


En bon croyant, la propriétaire de la boutique victime de cette autre forme de vol, c’était plutôt préoccupée de l’avenir de la fillette et comment retrouver ses parents. Aminata Camara
‘’Je n’ai pas le choix, c’est le veut de Dieu. La seule inquiétude que j’avais, c’était de retrouver les parents de la fille et c’est pourquoi j’ai été dans l’émission sur Djoma Tv. La personne humaine est plus que tout dans ce monde. La concerné aussi est une innocente. Ce qui nous a arrivé, on laisse pour nous à Dieu car, on ne peut rien contre ça’’, s’explique la propriétaire de la boutique. Révèle Kaloulimainfo.com


Cette action relance encore le débat de l’irresponsabilité des parents dans la protection des enfants, surtout dans le grand Conakry où les cas de perte des tous petits sont généralement enregistrés dans ses contrées.

Référenceguinee.net