Élie Kamano révèle  :  » Je suis dans l’agenda du CNRD  » 

31857
Invité dans l’émission mirador de la radio FIM FM, dans l’optique d’analyser, et de décrypter l’actualité sociopolitique du pays, Élie Kamano,  puis qu’il s’agit bien de lui, artiste chanteur, leader politique, n’est pas passé par mille chemins, pour lui, il est dans l’agenda du CNRD dans l’optique de reconstruire le pays . 
<< La nature de nos rapports est très bonne  parceque, je suis dans l’esprit, dans l’agenda du CNRD.
L’agenda du CNRD à ete défini en 10 points, pour moi, c’est du recensement  général de la population jusqu’à l’organisation de l’élection présidentielle, c’est établi en 10 points l’agenda du CNRD, maintenant, si après, d’autres estiment que le CNRD en prônant le changement ne va pas casser des oeufs, des omelettes, je pense que, ils se trompent. Parceque, on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs.
Ce terme  a été utilisé  par qui  la première fois , le président de la République, dès qu’il est arrivé, il a dit il n y aura pas de chasse aux sorcières, mais aujourd’hui, je ne vois pas, parceque, lorsque, on parle d’injustice, ne faites pas du deux poids deux mesures. Des dignitaires de l’ancien régime d’Alpha Condé ont été arrêtés ici, délogés, conduits en prison ici, mais à ce niveau, personne n’a crié, on a pas fait cas à l’injustice >>. A de passe souligné.
De même, il ajoute que, c’est seulement la convocation du leader de L’UFDG par la CRIEF qui a soulevé les remous sociaux au bercail.
<< C’est Dès lors qu’on a parlé de la convention de monsieur Cellou Dalein Diallo, Président de L’UFDG, que les gens commencent à parler de chasse aux sorcières. La chasse aux sorcières concerne qui ici ? Si on se dit la vérité en tant que Guinéen, ça concerne qui exactement ? Non, ça concerne ces leaders de partis politiques traditionnels, il s’agit d’eux, dès qu’on sait attaquer à Cellou et Sidya, terminer, ce pays là fabrique des dieux.
On sait attaquer à eux sur une base qui a été établie par la justice, ce n’est pas moi qui établit les bases sur lesquelles on doit convoquer un citoyen Guinéen qui a été administrateur dans ce pays par rapport à une gestion. Alors, moi, en tant que citoyen, en tant qu’observateur, en tant que leader politique non, pour moi la possession, la citoyenneté prime sur la possession, je suis Guinéen, je crois que je tiens beaucoup plus aux valeurs de ma nation qu’aux valeurs de mon parti politique. Si aujourd’hui mon parti politique cause des problèmes à la cohésion sociale, à l’unité de la Guinée, je vous assure que je le dissous >>. A t-il conclut.
Augustin Kamano pour referenceguinee.net 
Tel 622 84 12 83