Istanbul : lancement du premier Sommet des Médias Türkiye-Afrique

10209

Istanbul, Türkiye : des journalistes de quarante-cinq (45) pays africains prennent part depuis ce mercredi 25 Mai 2022 – journée de l’Afrique- au sommet des médias Türkiye-Afrique à Istanbul où les questions de coopération pour « faire avancer le continent noir » sont largement abordées, tout comme les grands enjeux qui se posent au secteur des médias à la période post- pandémie.
« Cet atelier de deux jours (25 au 26 Mai 2022) est organisé par la Direction de la Communication de la Présidence de la République de Türkiye. A tout honneur, tout seigneur, il est revenu au Président de cette direction Communication de la Présidence de la République turque de lancer officiellement ce cadre d’échanges entre les professionnels de médias africains et turcs, des hauts cadres et diplomates turcs, et plusieurs étudiants en journalisme. »
Dr Fahrettin Altun, face à ses hôtes, a magnifié les relations turco-africaines, basées sur le principe de gagnant-gagnant.

« Notre président, M. Recep Tayyip Erdoğan, donne une importance particulière aux relations avec le continent et les pays africains. Grâce à son leadership fort, sa détermination et sa sincérité, les relations Türkiye-Afrique ont acquis un élan sans précédent au cours des 20 dernières années et ont fait des progrès extraordinaires. L’intérêt et l’affection de la Türkiye envers le continent africain sont bien sûr basés sur « l’égalité et le gain mutuel. »
Ceci, à l’en croire, se matérialise par des actes forts. En 2002, la Turquie qui n’avait en Afrique que 12 ambassades, enregistre aujourd’hui 43. En plus de cela, il y a l’apport inestimable des organisations publiques et des ong turques dont la TIKA (Agence turque de coopération et coordination), la Fondation éducative Maarif, le Croissant-Rouge turc, l’Agence Anadolu et la compagnie aérienne Turkish Airlines, éparpillées aux quatre coins de l’Afrique. La compagnie aérienne turque a d’ailleurs multiplié la fréquence de ses vols vers le continent noir.
Dans l’autre sens, précise-t-il, les Africains aussi montrent de plus en plus d’intérêt vers la Turquie. En 2008, seulement huit pays africains avaient une ambassade en Turquie, de nos, jours, on en compte 37.
Le volume commercial entre ces deux partenaires, continue le directeur de la Communication de la Présidence de la Turquie, s’est multiplié et le montant s’élevait à 25,4 milliards de dollars en 2021.
«Le fait que les entreprises turques soient considérées comme des « partenaires de solutions » par les peuples africains dans tous les domaines -des infrastructures à l’énergie, de la défense à l’alimentation- est une source de fierté pour notre pays » poursuit le Président de la Communication de la Présidence turque.

Altun qui révèle aussi que le président Erdogan est à la tête des présidents étrangers ayant le plus visité l’Afrique : 50 déplacements dans 30 pays du continent noir.

«La Türkiye est un pays qui agit en son propre nom et pour son propre compte dans tous les domaines, notamment en matière de politique étrangère et d’économie. Afin d’empêcher cela, de nombreuses tentatives malveillantes, méchantes et perfides ont été faites au cours des vingt dernières années» regrette l’officiel turc.
Son pays souffrirait de ces « campagnes mensongères parce que nous avons réalisé des progrès immenses. » Mais «nous ne sommes pas un pays qui reçoit des ordres, elle prend ses propres décisions… Des mensonges visent notre président – Recep Tayyip Erdogan, ndlr). Mais. Le colonisateur avec ses coopérants ne seront pas suffisants pour toucher le pouvoir de notre président» a-t-il lancé.
Il a surtout appelé les Africains et le monde à la lutte contre le terrorisme.
«Les pays africains, qui ont pris une position claire contre l’organisation terroriste FETO, ont vu le vrai visage de cette structure maléfique et ont commencé à prendre les mesures nécessaires contre eux. Heureusement, nous sommes heureux de voir qu’au point où nous en sommes aujourd’hui, de nombreux pays africains ont pris les mesures nécessaires contre cette organisation terroriste. Avec ce forum, les grands noms des médias africains auront une idée plus claire de FETO. Nous informeront leurs pays des activités néfastes de cette organisation. Dans ce contexte, nous tenons à exprimer notre gratitude à la Fondation Maarif, – qui a repris les institutions et les jeunes utilisés par FETO et qui les a mis au service de l’humanité» avance Prof. Dr. Fahrettin Altun.
La Türkiye déploie ses moyens de communication en Afrique, depuis quelques temps. Car «nous savons tous aujourd’hui que la désinformation et les campagnes de diffamation sont utilisées pour intimider les dirigeants et les nations qui s’opposent aux injustices de l’ordre international, s’efforcent d’être la voix des silencieux et disent « un monde plus juste est possible ». Exprimons-le clairement et précisément; L’industrie de la désinformation et du mensonge est le plus grand ennemi des démocraties au monde» dit-il.
Cette première journée s’est poursuivie avec quatre panels animés des journalistes africains et diplomates turcs. Un de ces panels avait comme intervenant Lamine Guirassy, PDG d’Hadafo Medias de Guinée. Le thème a porté sur « le journalisme assiégé par la numérisation».