Siguiri : une importante quantité de cocaïne saisie sur un Malien à Kourémalé

129

Ce vendredi 26 novembre, le Secrétariat général à la Présidence chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue, le crime organisé et l’office de répression des délits économiques et financiers, a présenté un citoyen de nationalité malienne accusé de trafic, de détention et du transport international de drogue. L’homme a été appréhendé en possession de 20 kilogrammes de cocaïne. Retrace Guineenews.org 

Dans sa présentation, le Commissaire divisionnaire de police, directeur national adjoint de renseignement économique, financier et narcotique, Mohamed Mazo Mansaré, c’est le mercredi 17 novembre 2021 que la Brigade Anti-Drogue basée à Kourémalé (Siguiri) a interpellé Aboubacar Kéita âgé de 35 ans en possession de 20 kg de cocaïne enroulées de colle scotche noire à Kourémalé à la frontière Guinéo-malienne en provenance de la Guinée pour Bamako (Mali).

D’après le porte-parole des services spéciaux, ‘’le présumé trafiquant de drogue a déclaré qu’il a quitté Siguiri le mercredi 17 novembre 2021 aux environs de 7 heures du matin à moto. Il a été mis aux arrêts alors qu’il s’apprêtait à franchir le barrage de Kourémalé. « C’est un agent de la Brigade anti-Drogue qui s’est présenté à lui en le sommant de s’arrêter mais, il a refusé d’obtempérer. Il a donc tenté de dévier le barrage avec sa moto dans le but de fuir. Car, conscient qu’il transportait dans son sac un colis contenant de la drogue », a-t-il expliqué.

Poursuivant, le Commissaire Mohamed Mazo Mansaré a fait savoir que le mis en cause a précisé dans son audition que ce colis lui a été remis à la gare routière de Siguiri aux environs de 6 heures du matin par son ami du nom d’Amadou Sanogo, de nationalité malienne, chauffeur de son état qui était accompagné d’un homme qui serait probablement, selon lui, le propriétaire dudit colis et sa mission consistait à transporter ce colis à une personne une fois la frontière franchie.

« Le propriétaire du colis contenant la drogue lui aurait proposé, une fois la marchandise derrière la frontière, la somme de 300 000 FCFA pour son ami Amadou Sanogo rabatteur. Celui-ci est activement recherché par la police malienne. Le test effectué par nos techniciens à l’aide du kit d’identification ‘’IDENTA’’ sur la drogue a réagi positivement à la cocaïne », a-t-il déclaré.

A en croire l’Officier Mohamed Mazo Mansaré, sur le marché international, un kilo de cocaïne se négocie autour de 59 200 dollars. « Cela veut dire, que le tout donne 1 180 000 dollars soit 10 milliards 920 millions de francs guinéens », a-t-il dit avant d’ajouter que ‘’les recherches se poursuivent pour identifier, rechercher et interpeller les autres co-auteurs et complices.’’

Pour terminer, il a annoncé que la police malienne a interpellé deux membres du réseau dont l’un serait le destinataire du colis de drogue au Mali.

Interrogé, l’accusé Aboubacar Kéita n’a pas nié les faits avant de préciser qu’il ne savait pas le contenu du colis.

« J’ai ma famille installée à Siguiri. Je suis aux arrêts pour une affaire de drogue. J’étais au Mali quand ma famille m’a appelé de venir voir la femme qu’elle m’a proposée. Alors que j’étais sur ce programme, mon ami m’a appelé pour me rencontrer à la gare routière. Sur les lieux, il m’a montré un sac pour dire qu’il s’agit du chanvre indien venu de la Sierra Léone à transporter pour le Mali.  J’ai dit que je ne pouvais pas faire passer le colis à la frontière. Il m’a dit de l’amener jusqu’au niveau des cambistes et que quelqu’un viendrait le chercher. Il m’a dit que le propriétaire a proposé 300 000 FCFA et qu’il me donnera 200 000 FCFA. A cause de la confiance qui date depuis longtemps, je n’ai pas regardé le contenu du sac. Arrivé au barrage, on m’a dit de m’arrêter. Par peur, j’ai heurté le gendarme quand j’ai voulu dévier le barrage. Je ne savais rien, je suis un père de famille, je n’allais me mêler de quoi que ce soit… J’ai plus de dix bouches à nourrir à Bamako, je demande pardon ».

Referenceguinee.net